Guitare archtop

Restauration d'une guitare jazz de la marque Américaine Silvertone.

C'est une archtop couleur tabaco sunburst 16 pouces des années 60.
De même configuration que la Gibson L48 cependant sans la tige de renfort, ce fameux trussrod mit au point et breveté par la firme Gibson.

Sans renfort de manche, cette Silvertone s'est considérablement arquée sous la traction des cordes, en 60 ans d'existante la rendant quasiment injouable!

Elle avait déjà subi une réparation peu scrupuleuse avant de quitter les USA, importée en France en 1985.

A l'achat de l'instrument, une sorte de vernis dissimulait son identité! Après élimination de ce vernis la marque Silvertone apparue!

Injection d'alcool pour dissoudre la colle et démonter le manche à l'aide d'un serre joint.

L'assemblage est venu tranquillement.

Démontage des vielles frettes en laiton.

Collage des nouveaux filets de contour de touche en bois. Puis rabotage et ponçage de la touche en palissandre.

Après, nouvelles frettes et nouveaux filets bois.

Collage du manche à la caisse

Rectification des frettes, la caisse de la guitare et le manche sont bloqués sur un banc. Les cordes retirées; ponçage des frettes avec une longue cale de toile émeri.

Polissage des frettes, une par une!

Jadis la guitare a du recevoir une sorte de vernis brun satiné et surtout poisseux et collant!
Mon idée était de retirer cette sorte de revêtement, sans abimer le vernis d'origine!
A l'alcool à 70° puis 90° et tentative à l’essence térébenthine ou essence F, quasiment rien ne bouge!
Résistant à l'eau chaude, à la vapeur, au white-spirit... c'est au dangereux vieux trichloréthylène que j'en viendrais à bout et surtout sans abimer le beau vernis d'origine, qui finalement à du être protégé pendant des décennies par ce vernis bizarre! Mise à part la pratique du polish aucun produit n'a été ajouté!  
Les photos suivantes présentent ce beau vernis brillant strictement d'origine!
 

Nouveau chevalet, sculpté dans un morceau de wengué.

 

De nouvelles mécaniques ont remplacé celles d'origines un peu désuètes.
Du coup le cordier a lui aussi été remplacé par un plus luxueux (gibson), en adéquation avec l'instrument et son époque ainsi que le chrome des mécaniques.

Le chevalet flottant en poirier a été refait en bois de wengué (comme les fillets de contour de touche) aux propriétés sonores plus communicantes. Le sillet de tête en os semble d'origine.

Les cordes sont des filées plat "flat wound"

Ces cordes sont filées avec du ruban acier, puis polies, afin de présenter une surface lisse sur les cordes, les bruits parasites sont donc considérablement atténués. Le son s'en trouve altéré, de la sorte qu'il devient moelleux et chaud.

Les cordes sont aux plus prêts des frettes, rendant un jeu très confortable.


En érable le manche sans tige de renfort (truss rod) à une épaisseur suffisante pour une bonne rigidité face aux tensions des cordes.
La table d'harmonie en multiplies d’érable est fine en épaisseur (3 millimètres) ainsi que joliment bombée rendant une sonorité  généreuse et assez puissante.

Un des modèles concurrent de la Silvertone 367-61909 est la Gibson L48, la référente L50 a une table massive en épicéa.

Ajouter un commentaire

 
×